2008-2010 : Les banquets

C'est à l'ocasion de ma résidence à Pouligny que je décide de me servir de moules laissés là par un potier africain pour créer la base  de pièces qui se construisent au fil de la main en fonction  de poids qui s'équilibrent et se déséquilibrent au fil des rajouts.
  
  Les premiers objets apparaissent dans l’installation « Laisse » créée à Viroflay pour l’exposition « Incroyable mais blanc » fin 2008, pour laquelle j’ai utilisé des objets déjà existant et créé quelques nouvelles pièces qui sont les premiers éléments des banquets.
Laisse
à mon père
détail 2.2  
   Marée basse, reliques d’existences perdues, des objets s'accumulent qui semblent évoquer une fonction mais la plupart sont aberrants ; délavés jusqu'à la blancheur, monceaux de petits nœuds faits pour se souvenir, fils du temps interrompus.
    Dans le blanc, toutes les couleurs confondues s'abolissent, non point éteintes mais indifférenciées. Dans les limbes de l'existence, les objets blancs constituent une mémoire dans laquelle se superposent, se brouillent, se déforment et disparaissent les souvenirs.
    L'ensemble est comme une plage qu’efface encore et encore la mer. Le visiteur est invité à en réinventé le contenu, comme le prisme restitue les couleurs.       voir d'autres images.
Les banquets  04
    J’ai crée les pièces de cette série d’installations en m’essayant à une perte de mémoire.
    Je pars sur une idée d’usage mais sans savoir lequel, et je laisse mes mains construire en oubliant, autant que faire se peut, les formes et les façons de faire apprises. Je tente  de laisser mon esprit flotter pour permettre aux formes de s’assembler dans une immédiateté du geste.  L’émail intervient ensuite comme une matière supplémentaire qui estompe la forme, un recouvrement comparable à celui du temps. Le résultat me donne l’impression de pièces dont l’usage, le sens, se serait perdu et reste impossible à retrouver.    voir l'album.    

009 A.Verdier-AM.Schoen 

Dans mes tous derniers travaux, je me suis essayée à traiter, après tant d’autres artistes, le thème des vanités qui s’inscrit avec évidence dans mon propos .

 En 2010, a lieu l'exposition "Sens dessus dessous" à la  Galerie Empreintes. F 63970 Aydat.  Des correspondances entre les oeuvres se sont imposées comme des évidences, confrontation, dialogue, glissement en douceur de l'une à l'autre ...

Merci à Annie Perrin, la maitresse de ce lieu vivant et singulier pour son accueil, sa disponibilité et son engagement.       voir les  photos.